Retour à l’école le 11 mai : pour nous, c’est non !

Communiqué de Julien LEONARDELLI et Nicole IZARD, conseillers municipaux de Fronton :

Loin de nous rassurer, les récentes annonces du gouvernement concernant la réouverture des écoles le 11 mai prochain, nous apparaissent à la fois confuses et irresponsables à l’heure où la France traverse la grave crise sanitaire du Covid-19.

Certes, nous avons pleinement conscience que le retrait de certains enfants de l’école sur une aussi longue durée peut être un véritable frein à leur réussite scolaire. Par ailleurs, nous savons pertinemment que certains parents d’élèves n’auront pas d’autres choix. Cependant, faut-il pour autant leur faire courir un risque sanitaire qui demeure bien réel ? Pour nous, C’EST NON !

D’autant que face au risque accru de propagation du virus que représente la réouverture des établissements scolaires, même le Conseil scientifique préconisait d’attendre le mois de septembre, sans que le gouvernement ait cru bon de tenir compte de cet avis.

Soucieux de protéger la santé des petits Frontonnais, de leurs familles, de leurs professeurs et des agents de nos écoles, nous nous opposons fermement à la réouverture des établissements scolaires de notre commune le 11 mai 2020.

Une reprise pour tous en septembre serait la solution la plus prudente, c’est d’ailleurs ce que certains de nos voisins européens ont décidé de faire. Nos enfants, leurs professeurs et les agents de nos écoles, n’ont pas à servir de chair à canon !

Téléchargez ce communiqué en version PDF.

8 mai 2020 : le Covid-19 ne doit pas avoir raison de notre devoir de mémoire !

En date du mercredi 22 avril 2020, Julien Leonardelli, conseiller régional d’Occitanie, a adressé une lettre à M. Cavagnac, Maire de Fronton, afin d’attirer l’attention de la municipalité sur la nécessité d’organiser une cérémonie commémorative le 8 mai 2020, dans des conditions exceptionnelles compte tenu de la crise sanitaire :

Monsieur le Maire,

Notre pays traverse une crise sanitaire à nulle autre pareille, de par son ampleur et sa dangerosité. L’épidémie de Covid-19 bouleverse la vie de chacun d’entre nous et nous contraint à agir différemment avec le souci désormais permanent de protéger sa vie et de préserver celle des autres.

Cependant, dans son allocution du 13 avril dernier, le Président de la République a évoqué un déconfinement progressif à partir du 11 mai prochain, selon l’évolution de la situation sanitaire. Par ailleurs, l’Élysée a récemment fait savoir que les commémorations du 8 mai pourront se tenir dans nos communes.

A l’approche de cette date, qui marquera cette année le 75ème anniversaire de la Victoire sur l’horreur du nazisme, je vous propose par la présente d’organiser dans des conditions certes exceptionnelles, une cérémonie commémorative au Monument aux morts de notre commune. Un format restreint est inévitable, mais peut malgré tout permettre aux élus de la République que nous sommes vous et moi, ainsi qu’aux représentants des anciens combattants, de procéder à un dépôt de gerbe sans public et en respectant strictement les mesures de distanciation physique et sociale qui s’imposent.

Ils ne sont plus là aujourd’hui, mais leur bravoure, leur courage et leur détermination à défendre le sol sacré de la Nation, sont gravés pour toujours dans notre mémoire nationale. Ce devoir de mémoire est non seulement impérieux, mais il nous rappelle également combien la liberté de la France est notre bien le plus précieux.

Le souvenir de ce passé doit aussi nous rappeler l’absolue nécessité d’exprimer notre appartenance à la communauté nationale, qui au-delà des difficultés, a toujours permis d’unir le peuple français pour le meilleur et face au pire.

Dans cet esprit d’unité, je vous propose de vous associer en tant que Maire à l’invitation que j’adresse à tous les Frontonnais, afin de leur demander pour ceux qui le souhaitent, de prendre part eux aussi à cette journée du 8 mai, en arborant notre drapeau tricolore à leur fenêtre

Ne doutant pas de votre attachement à cette date ô combien importante, je compte sur vous pour que le Covid-19 n’ait pas raison du devoir de mémoire, qui doit pouvoir s’exprimer à l’occasion du 8 mai 2020.

Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, mes respectueuses salutations.

Julien LEONARDELLI,
Conseiller régional d’Occitanie

« Notre projet pour vous » N°02 – Faire de Fronton, une ville dynamique et prospère !

  • Mettre en place un grand plan d’amélioration des conditions de stationnement et de circulation dans le centre-ville, en concertation avec les habitants, les commerçants et visant à dégager 100 places de stationnement supplémentaires lors des marchés.
  • Favoriser à chaque fois que la loi l’autorise, les entreprises, artisans et commerçants locaux dans le cadre de la commande publique, tout en faisant travailler TOUS les artisans et commerçants de la commune à tour de rôle, afin de ne léser aucune entreprise.
  • Rétablir la « Semaine Commerciale », initiative qui s’est perdue après le dernier mandat de Jean Tissonnières. Le maire que j’entends être entretiendra un dialogue et une relation de confiance avec tous les commerçants et étudiera tous les projets.
  • Créer et développer « La Négrette », une navette communale complémentaire de l’actuel service de transport à la demande intercommunal, afin de permettre à nos aînés de pouvoir participer aux différents événements, ainsi qu’au marché du jeudi et du dimanche matin.
  • Créer un site multimodal proche de la route de Montauban, afin d’y regrouper une aire de covoiturage et un arrêt de bus, dans le but de limiter le nombre de véhicules ventouses en centre-ville. Nous travaillerons aussi à l’implantation d’une aire pour camping-cars, qui permettra le développement de l’œnotourisme.
  • Mettre en œuvre en concertation avec le Conseil départemental de la Haute-Garonne, un plan de sécurisation et de régulation de la vitesse sur les grands axes de notre ville, notamment pour les piétons, par la création de nouveaux ronds-points.

Julien Leonardelli écrit aux retraités de Fronton

Madame, Monsieur, 

Je sais que les temps ne sont pas toujours faciles pour beaucoup d’entre-vous : les difficultés financières, l’isolement parfois, le manque de respect et les problèmes de santé, sont autant de défis que vous relevez au quotidien, sans malheureusement bénéficier d’un grand soutien. 

Frontonnais d’adoption de part ma femme, je suis issu d’une famille du Nord de l’Italie qui a fui le fascisme dans les années 20 avant de s’installer en Tarn-et-Garonne, sur ces terres agricoles qui avaient besoin de main-d’œuvre. J’ai tout appris de mes grands-parents avec qui j’ai encore la chance d’entretenir une relation fusionnelle. 

À ce titre, je m’indigne chaque jour de voir notre société moderne perdre peu à peu toutes ses valeurs et considérer les « anciens » comme un poids, alors qu’ils sont en réalité notre boussole. Comme ce fut le cas pour moi, je pense que la nouvelle génération, celle de mes enfants, a besoin de votre vécu et de votre mémoire : nous ne devons pas oublier que c’est grâce à votre travail et à vos sacrifices qu’aujourd’hui nous jouissons d’une meilleure qualité de vie. 

Vous et moi savons bien que beaucoup de promesses vous sont faites en période électorale, mais qu’elles ne sont pas toujours suivies d’effets. Aussi, ce n’est pas le « politique » qui s’adresse à vous aujourd’hui, mais le petit-fils attaché au bien-être de ses grands-parents.

Je veux être le maire qui vous redonne du pouvoir d’achat :
En dépit de toute logique, un nombre grandissant de nos aînés de Fronton sont contraints de demander de l’aide à leurs enfants, tout simplement parce que leur modeste pension ne leur permet pas de vivre dignement et de se soigner correctement. Une situation qui, je le sais est terriblement difficile et que je n’admettrai jamais. Vous avez durement travaillé durant votre vie et épargné dans l’espoir d’une retraite heureuse : il est temps que vous puissiez en profiter. Si vous m’accordez votre confiance en mars prochain, en faisant de moi le nouveau maire de Fronton, je m’engage avec mon équipe à pratiquer une gestion communale à l’euro près qui nous permettra dans un premier temps de ne pas augmenter les impôts locaux et à terme, d’engager une baisse effective, notamment de la taxe foncière. Vous rendre du pouvoir d’achat, c’est possible ! Je le ferai sans jamais négliger les investissements d’avenir qui sont essentiels pour notre ville.

Je veux être le maire qui vous intègre au cœur de la vie communale :
Aussi incroyable que cela puisse paraître, la superficie de Fronton est particulièrement vaste et elle éloigne bon nombre d’entre vous du centre-ville. Celles et ceux qui vivent aux Moureaux ou à Codeval se retrouvent finalement plus près de Canals ou de Grisolles et de Campas ou de Labastide que de Fronton. J’ai pleinement conscience de cette réalité et des difficultés qu’elle peut occasionner pour nos aînés ; certains m’ont même confié ne pas s’être rendu au centre de Fronton depuis plusieurs années ! Voilà pourquoi je souhaite mettre en place une navette communale, afin de vous permettre de vous rendre plus facilement chez le médecin, au marché du jeudi comme du dimanche, chez les artisans et commerçants de notre commune, ainsi qu’aux différentes festivités.

Je veux être le maire qui rassemble toutes les générations :
Il m’apparaît inadmissible de toujours cantonner les « anciens » à la dépendance et au handicap, pendant que les « jeunes » se retrouvent systématiquement associés au sport. Cette pratique est devenue monnaie courante dans les attributions des politiques publiques, créant une opposition entre les générations, qui à mon sens, n’a aucune raison d’être. Si vous me faites l’honneur de me choisir pour conduire les affaires de notre commune, je nommerai dès ma prise de fonction, un adjoint à l’intergénérationnel, qui m’aidera à consolider les liens entre les générations.

J’inciterai les jeunes de Fronton à participer à des missions de solidarité auprès de nos aînés qui en ont besoin : faciliter vos démarches administratives, vous tenir compagnie ou vous accompagner lors de vos sorties. En contre-partie, ces jeunes bénéficieront d’une bourse au permis de conduire.

Je vous inviterai également pour ceux qui le peuvent, à participer à la vie communale, notamment au travers d’ateliers ou de repas dans nos différents établissements scolaires. La transmission du savoir est essentielle, c’est avec vous que je veux bâtir le Fronton de demain, car un Fronton qui oublierait ses anciens serait un Fronton sans âme et sans repère. Soyez assurés de pouvoir compter sur mon entière détermination et celle de mon équipe afin de vous apporter un maximum de bien-être, d’attention et de protection. Concevoir ensemble, mettre en mouvement les énergies collectives, agir concrètement pour les autres en donnant du sens, en créant du lien : c’est tout le sens de mon engagement politique, mon engagement pour les autres, mon engagement pour vous. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Recevez-1024x112.png.

Julien LEONARDELLI
Candidat à la mairie de Fronton

Fronton n’est pas une poubelle !

« Fronton n’est pas une poubelle ! » | Coup de gueule et propositions de Julien LEONARDELLI :

Voilà où nous mène le laxisme de la municipalité, qui depuis des mois laisse s’installer ce type de dépotoir, alors que nous avons la chance d’avoir une déchetterie sur la commune. Il est temps que ça change !

En fervent défenseur de l’environnement, de notre cadre de vie et des valeurs de respect d’autrui qui fondent notre société, je me battrai toujours contre ces incivilités.

M. Cavagnac pense sûrement qu’il suffit de signer des chartes et des conventions pour faire gagner le civisme partout à Fronton. C’EST FAUX !

Je m’engage de mon côté à agir très concrètement, en constituant une brigade de l’environnement capable de prévenir, de constater et de réprimer les faits.

JAMAIS je ne tolérerai ces déchets abandonnés par facilité au bord de la route, sur un terrain, ou pire encore, sur un lieu public.

Le Petit Journal revient sur la consultation des Frontonnais lancée par Julien Leonardelli

A l’heure où la campagne des élections municipales démarre, on pourrait s’étonner que tant de candidats n’aillent pas consulter directement les intéressés, à savoir les électeurs. Dans beaucoup de communes, les candidats « savent » d’avance ce qui serait bon pour la ville et ses habitants… A Fronton, Julien Léonardelli, candidat Rassemblement National (RN), lance une grande consultation auprès des habitants. C’est un sondage grandeur nature qui leur est proposé dans leur boite aux lettres dès cette semaine. Se prononcer sur les souhaits et désirs pour sa commune est intéressant, suite a ce sondage les candidats ne pourront plus dire « je ne savais pas» même si le risque est réel que peu de personnes ne fassent la démarche de répondre. Julien Léonardelli espère maintenant que nombre d’habitants, soutiens de RN ou non, répondent a ce questionnaire. Un manque d’intérêt serait dommage, c’est Ségolène Royal durant la campagne de 2012 qui avait lancé ce thème de démocratie participative, depuis certains l’ont repris. Malheureusement l’avis des électeurs est souvent peu écouté ce qui engendre méfiance et souvent refus de se positionner. Les frontonnais tiennent là l’occasion de répondre et les candidats l’occasion de prendre en compte leurs souhaits, à condition que ce sondage populaire soit rendu public. Une première que les frontonnais tiennent entre leurs mains. Ensuite, gare à ceux qui ne tiendraient pas compte de ce que voudrait la majorité, les électeurs ne leur pardonneraient pas, car la démocratie participative est exigeante…

Article rédigé par PC pour Le Petit Journal du Pays Toulousain du 18 octobre 2019.

Grand sondage municipal : les Frontonnais ont la parole !

Chères Frontonnaises, chers Frontonnais,

A l’aube des prochaines élections municipales, je vous adresse aujourd’hui ce questionnaire, afin de mieux connaître vos préoccupations et vos attentes à Fronton.

CLIQUEZ ICI pour répondre au grand sondage municipal de Fronton !

Vos réponses, utiles pour travailler sur un projet de qualité et de proximité, seront étudiées avec attention et en toute confidentialité par mon équipe.

Ensemble, participons dès maintenant à améliorer notre cadre de vie et notre quotidien.

Je vous remercie pour votre contribution.

Bien fidèlement,

Julien LEONARDELLI
Candidat à la mairie de Fronton

Une liste de gauche à Fronton pour « battre Julien Leonardelli » ? Réponse de l’intéressé !

Les chiens aboient, mais la caravane passe ! Je suis candidat aux élections municipales à Fronton, avec une équipe, pour défendre des propositions concrètes et rassembler tous les Frontonnais qui veulent bâtir avec nous l’avenir de notre ville. La gauche sort de sa léthargie et nous présente par la voix du sectaire Pierre Lacaze (PCF), son programme pour Fronton : « battre Julien Leonardelli ». Voilà qui lui fait donc un nouveau point commun avec M. Cavagnac ! Et sinon, pour améliorer le quotidien des Frontonnais ? Rien ! Evidemment … Pendant ce temps, avec mon équipe, nous traçons notre route pour défendre les intérêts des Frontonnais !